CIF

CIF

Un CIF est l’abréviation de Conseiller en Investissements Financiers, c’est un professionnel qui exerce les activités de conseil suivantes :
– le conseil en investissement portant sur des produits financiers comme : les FCP, les actions, les obligations, etc…
– le conseil sur la réalisation de services d’investissement comme : la gestion de portefeuille pour le compte de tiers, la réception-transmission d’un ordre
– le conseil portant sur la réalisation d’opérations sur biens divers (sous certaines conditions) comme: l’investissement GFV en vin, dans les bois et forêts GFF, l’acquisition d’œuvres d’art, etc…

Les CIF pour pouvoir exercer leur activité, ont l’obligation d’adhérer à une association professionnelle agréée par l’AMF.

Pour être sûr que votre interlocuteur a le droit d’exercer l’activité de CIF, vous pouvez vérifier son immatriculation sur le registre national des intermédiaires : www.orias.fr

Rien n’interdit à un Conseiller en Investissement Financier de cumuler plusieurs statuts
IA : Intermédiaire en Assurance

IOBSP : Intermédiaire en Opérations de Banque et en Services de Paiement

Un CIF  peut recevoir et transmettre un ordre portant sur une ou plusieurs parts d’organismes de placement collectif comme des : FCP, OPCVMSICAV, SCPI, OPCI, sociétés d’épargne viticole, sociétés d’épargne forestière, fonds d’épargne salariale,  etc…

Votre CIF doit vous indiquer si la prestation de conseil en investissement est fournie de manière indépendante ou non :

  • ‘de manière indépendante’ : quand le conseil en investissement est fourni de manière indépendante, votre conseiller doit vous proposer un éventail suffisamment important de placements financiers de différents fournisseurs en total indépendance et avec lesquelles il n’a aucun lien juridique. Il ne doit pas être rémunéré par les établissements qui gèrent les produits proposés. Dans le cas contraire le CIF doit vous rembourser les rémunérations perçues. De cette manière il vous facturera des honoraires de conseil.
  • ‘de manière non indépendante’ : dans le cas ou le conseil en investissement n’est pas fourni de manière indépendante, le Conseiller en Investissement Financier peut se faire rémunéré par l’établissement (compagnies d’assurance, banques, organismes financier, sociétés de gestion, etc..) qui gère votre placement. Il aura l’obligation de vous suivre de façon régulière (en moyenne, minimum une foi par an) afin de vérifier si votre situation a évolué et que votre investissement est toujours en adéquation avec celle-ci.

Un CIF doit ‘agir de manière honnête, loyale et professionnelle‘ pour servir au mieux vos intérêts, il doit obligatoirement respecter certaines obligations dans un ordre défini :

Le document d’entrée en première relation : se présenter et vous informer sur son ou ses statuts, cela se concrétise par un document qu’il vous remet en main propre et qu’il doit vous faire signer ; c’est le document appelé ‘Document d’entrée en première relation’. Ce document est l’équivalent d’une CV de l’entreprise ou vous pourrez y trouver : sa dénomination sociale, son N° de siren pour un personne morale, son adresse, ses N° d’immatriculations, ( qui peuvent vous permettre certaines vérifications comme par exemple son N° d’ORIAS, qui est le registre unique des intermédiaires en assurance banque et finance. Les coordonnées de son dirigeant Vous trouverez aussi l’information pour savoir de quels types sont ses conseils : indépendant, non indépendant, ou la combinaison des 2. Son association professionnelle à laquelle il adhère (adhésion obligatoire que vous pourrez vérifier sur le site de cette association). Le mode de communication qu’il vous propose entre vous et lui. Il devra aussi vous définir sa qualité de démarcheur et la liste avec l’identité du ou des mandants pour lesquels il exerce une activité de démarchage, et par conséquent : ses liens d’affaires avec un ou plusieurs établissements proposant des produits financiers. Les autres statuts réglementés dont il relève. Un chapitre devra aussi vous expliquer qu’il respecte la RGPD, de plus il devra aussi vous transmettre les coordonnées du médiateur de la consommation. Le CIF est sous 2 autorités de tutelle l ‘AMF pour l’activité de CIF et l’ACPR pour l’activité d’intermédiaire en assurance et l’ IOBSP.

La lettre de mission : dans un 2ème temps, le CIF doit vous remettre et vous faire signer une lettre de mission avant tout conseil sur laquelle sera définie la description de la prestation fournie, avec la précision si le conseil est fournis de manière non indépendante ou, indépendante. Les frais, les coûts, la rémunération du CIF sur les différents placements proposés.

Le ‘questionnaire de risque‘ : Le Conseiller en Investissement Financier doit vous poser un certain nombre de question sur votre situation financière afin de vous conseiller au plus juste : le degré de risque que vous acceptez de prendre appelé aussi ‘tolérance au risque’ et donc votre capacité à subir des pertes, vos objectifs d’investissement et quelle durée : long, moyen ou court terme,  votre expérience et vos connaissances en matière d’investissements.

Le ‘rapport de préconisation‘ : Ce rapport consigne les différentes stratégies en adéquation avec le profile du client. Les différentes propositions présentées par le CIF doivent expliquer les avantages et le niveau de risque de chaque propositions. De plus, ces propositions doivent prendre en compte le résultats des éléments du questionnaire, situation financière du client, niveau d’aversion au risque, etc…